Melbourne, et les observations d’un Italien qui y a emménagé il y a deux mois.

Pendant huit années consécutives, The Economist a élu Melbourne comme la ville la plus agréable à vivre au monde. Dans cet article,nous parlons de nos premières impressions de la capitale de l’État de Victoria, de son architecture, de la subdivision des quartiers et de quelques impressions et anecdotes personnelles.

Les rues de Melbourne.

On sait que l’Australie est une colonie britannique, mais il serait possible de le deviner rien qu’en regardant le style urbain de Melbourne, qui nous rappelle beaucoup Londres. Le jour où nous avons atterri, le ciel était gris et plein de pluie. nous avons emprunté la route de banlieue qui mène de l’aéroport au centre-ville et nous avons immédiatement observé les bâtiments qui surplombaient la route. Dans certaines parties de Melbourne, cependant, les maisons en bois au style unique, appelées “bungalows californiens”, sont très répandues, tandis que le CBD (Central Business District), c’est-à-dire le centre de la ville, abrite un grand nombre de gratte-ciel ultramodernes, de magasins, de clubs, de restaurants et de services de tout genre au style résolument hipster.Curiosités.

La ville donne sur la baie de Port Phillip et est traversée par le fleuve Yarra. Elle couvre 10 000 kilomètres carrés (presque huit fois plus grande que Rome) et est habitée par près de 4 millions de personnes (un peu plus que Rome). Ces chiffres font de Melbourne une ville très spacieuse, avec une densité de population nettement inférieure à celle des principaux centres urbains italiens, et permettent aux citoyens de vivre, principalement, dans des villas spacieuses avec jardin.

Une curiosité : saviez-vous qu’en Australie, vivre dans un appartement est considéré comme un truc de “garçon” ? Seuls les touristes, les étudiants, ou tout au plus les jeunes travailleurs vivent en appartement. Pour un couple avec des enfants, il serait impensable de vivre ailleurs que dans une villa traditionnelle, éventuellement avec une piscine.

Qu’est-ce qu’un appartement… ?

Lorsque nous avons rencontré les amis de notre petit ami pour la première fois, la plupart d’entre eux nous ont demandé : “Mais est-ce vrai qu’en Italie, les familles vivent en appartement ?”. nous n’étions pas sûr d’avoir compris la question correctement la première fois. “Hum, oui, mais pas seulement en Italie. Dans la plupart des villes européennes, c’est comme ça… Nous avons, aussi, grandi dans un appartement et nos parents y vivent toujours.” Ils nous ont regardé comme si nous étions des extra-terrestres qui venions d’arriver sur Terre. “Wow !” “Incroyable !” “nous aurions aimé répondre en leur demandant s’ils avaient, déjà, lu un journal ou vu un programme d’information international dans leur vie, mais nous ne voulions pas gâcher la soirée pour tout le monde. Selon eux, les gens du monde entier vivent dans des villas avec des piscines, des chiens, des oiseaux et des arcs-en-ciel. Désolé mes amis, ou plutôt “potes” ; nous allons, bientôt, briser vos rêves confortables et vous initier à la réalité. Devons -nous vraiment acheter une villa ? Sans parler de la fois où nos connaissances australiennes nous ont dit “vous ne voulez pas acheter un appartement dans un immeuble de 10 appartements, sinon vous finirez par posséder 1/10 du terrain”. Vous devriez plutôt acheter une villa, afin d’être les seuls propriétaires du terrain”. Nous avons hoché la tête en accord avec lui, dans une ignorance béate. Peut-être croit-il vraiment qu’un travailleur italien de 27 ans a le pouvoir d’acheter une villa à Melbourne, qui est, aussi, l’une des villes les plus chères du monde. Mais nous parlerons de l’ignorance naïve du peuple australien, dans un article dédié.

Les quartiers 

La ville est divisée en quartiers qui se ressent à des niveaux très élevés (pire que Rome Sud VS Rome Nord). D’autant plus que chacun d’entre eux a sa propre équipe de football représentative qui joue dans l’AFL. C’est comme si en Italie, en Serie A, des équipes comme Pigneto, Parioli ou Garbatella. La division se fait, également, sentir au niveau politique, car chaque district a son propre maire. Nous avons, également, remarqué que la division de l’espace est très claire. À Melbourne, chaque espace est dédié à un usage différent ; si une rue est conçue pour les magasins et les entreprises, nous trouverons exclusivement des magasins et des entreprises les uns derrière les autres. Si une zone est destinée à l’habitat familial, il n’y aura que des villas, etc. Dans les zones résidentielles, il est pratiquement possible de se rendre à pied à n’importe quel service. Vous venez de rentrer chez vous, après une longue journée de travail et vous vous rendez compte que vous n’avez plus de lait ? Vous devez reprendre la voiture (ou le moyen de transport très efficace) pour aller l’acheter dans le supermarché le plus proche.

Les activités

Melbourne nous a étonné par sa propreté, par le sens civique de ses habitants, se montrant très respectueux des biens publiques, des moyens de transport,  la ville est réputée par sa gestion magistrale des déchets, par ses lieux chics et branchés et par la richesse de sa nourriture. Il est, en effet, possible de manger d’excellents plats de tout type de cuisine, surtout dans le centre. Melbourne est une ville vouée au sport, dotée de nombreux parcs et terrains de sport de toutes sortes, une ville où les habitants aiment prendre soin d’eux-mêmes et de leur apparence physique. Ils suivent un mode de vie plutôt sain et ce qui les caractérise le plus, leur sensibilité aux questions environnementales et la protection des animaux et de la nature. Disons qu’avec leurs revenus, leurs surfaces par habitant et leur position d’isolement absolu du reste du monde, ils sont définitivement un peuple de privilèges. Pas étonnant que la ville la plus agréable à vivre au monde soit Melbourne.Si vous envisagez de partir en vacances en Australie mais que les heures de vol vous effraient… nous vous suggérons sur notre site web comment faire !