Les statistiques indiquent clairement que le taux de pérennité des pharmacies nouvellement implantées au-delà de 5 ans atteint 99 %. L’activité des ces points de vente de médicaments, de produits de soins et d’équipements connait une progression sans précédent. Si vous souhaitez vous lancer dans ce domaine, voici 4 choses à savoir avant d’ouvrir votre pharmacie.

Info n°1 : Il y a plusieurs différences entre ouvrir et reprendre une pharmacie

En France, reprendre une pharmacie est une opération de rachat toute simple d’un fonds de commerce opérant d’une part et de l’ensemble de son fonctionnement d’une autre. Ce deuxième élément englobe les fournisseurs, les canaux de distribution, les réseaux, les employés et bien d’autres éléments. Cette démarche consiste alors à reprendre le contrôle d’un identité juridique dotée de toutes les prérogatives pour exploiter la pharmacie. Notez qu’ouvrir une pharmacie dans le cadre d’une reprise vous permet d’éviter de nombreuses démarches compliquées. Cependant, elle entraîne des inconvénients comme notamment le fait de ne pas avoir construit soi-même une structure à son image, mais tel qu’un taux de suivi après 5 ans de l’officine de pharmacie rachetée ; un taux légèrement inférieur à celui d’une nouvelle implantation, soit 80 %.

Le lancement d’une nouvelle pharmacie implique de lourdes opérations. Nous pouvons en citer la création d’une structure commerciale et juridique obligatoire pour pouvoir exploiter ce point de vente. Il s’agit concrètement d’une société soumise à une législation bien précise. Comme le pharmacien doit d’ores-et-déjà s’occuper de nombreuses démarches relatives à l’ouverture, il lui sera difficile de prendre en charge ces aspects administratifs, surtout qu’il ne possède ni les connaissances ni les compétences d’un juriste. Pour cette raison, il est vivement conseillé de confier l’aspect juridique des opérations liées au lancement de la pharmacie à un professionnel.

Info n°2 : L’étude du marché est une étape obligatoire

L’étude du marché est une démarche incontournable pour tous ceux qui envisagent l’achat d’une officine de pharmacie. Cette étape permet d’avoir une vision précise sur le projet en gestation. Gardez toujours en tête que la faisabilité et la durabilité d’une idée n’est possible qu’en présence d’une demande réelle avec un potentiel de croissance garanti. L’enquête doit comporter une étude macroéconomique de l’environnement et une analyse pointue de la concurrence. Tous deux doivent tenir compte de l’ensemble de votre zone d’implantation. Cette démarche est essentielle pour savoir comment vous positionner et déterminer les niches les plus porteuses de votre secteur d’activité.

Il faudra alors explorer les tendances récentes de votre domaine ainsi que les habitudes et comportements des clients. De plus, lors de cette étude, vous devez choisir votre zone avec précaution en examinant tous les éléments qui peuvent jouer en votre faveur ou, au contraire, constituer un obstacle à la réussite de votre projet.

Info n°3 : L’achat d’une pharmacie est soumis à une conjoncture

Depuis plusieurs années, le domaine de la pharmacie connait une croissance continue. En dépit du règlement drastique régissant cette activité, les pharmaciens doivent se soumettre à une politique gouvernementale mise en vigueur depuis plusieurs décennies. Récemment, les professionnels ont fait l’objet de sanctions de la part des autorités publiques comme :

  • Une réduction tarifaire
  • La franchise de 50 centimes d’euros
  • Un nouveau taux de marge
  • La généralisation des grands conditionnements
  • Le déremboursement de certaines spécialités

Les pharmaciens, obligatoirement inscrits à l’Ordre national des pharmaciens ,ont alors vu leurs marges baisser en ce qui concerne les médicaments qui étaient jusque-là remboursables. Ces réductions déductions s’élèvent à plus de 75% du chiffre d’affaires de ces pharmacies. Ces professionnels se sont alors tournés vers la vente de produits parapharmaceutiques plus rentable et de médicaments non remboursables étant donné qu’ils bénéficient pour ces articles de l’entière liberté de fixer leurs propres prix.

Parallèlement, le gouvernement a mis en place quelques conjonctures ayant pour objectif d’augmenter les marges des pharmaciens. Ces mesures concernent le dispositif tiers et les médicaments génériques.

Info n°4 : Il est possible de se regrouper pour avoir des centrales d’achat en commun

Pour obtenir un meilleur pouvoir de négociation sur le prix d’achat des médicaments autres produits annexes, les pharmaciens peuvent désormais se regrouper et mettre en commun leur centrale d’achat. Cette solution doit être connue par les professionnels qui envisagent l’acquisition d’une pharmacie afin de contrer les difficultés provoquées par les nouvelles réformes. Sachez que plus de 2/3 de ces professionnels de la santé ont fait ce choix en 2017. Si vous êtes intéressé par la vente d’une officine de pharmacie et que la lourde législation vous rebute, il est important de profiter du regroupement pour faire baisser vos dépenses. Pour rassembler les informations qui peuvent vous aider à prendre les bonnes décisions, vous pouvez suivre une formation.