Lycées des métiers, organismes de formations, MFR ou maisons familiales rurales, CFA ou centres de formation d’apprentis ou encore CFA d’entreprises, plusieurs établissements proposent aujourd’hui des formations en alternance, cependant, tous ne se valent pas. Afin de bien choisir votre centre et dénicher celui qui correspond à votre objectif, vous devez absolument vous poser 5 questions essentielles.

1. Le centre de formation est-il reconnu par les sociétés du secteur ?

Le diplôme ou le titre certifié que la formation en alternance permet d’acquérir est le premier gage de qualité. Mais alors, quelle peut bien être la reconnaissance de l’établissement, que ce soit par les professionnels du secteur, par les instances académiques françaises ou internationales (accréditations, labels…) et par l’État (grade, diplôme, titre RNCP) ? Depuis combien d’années existe-t-elle ? Quelles sont les sociétés collaboratrices ou encore les universités étrangères ? Les établissements de formation ainsi que les entreprises ont créé des collaborations. D’une part, ceux avec d’importantes entreprise séduisent et garantissent les futurs alternants. D’autre part, les partenariats avec des artisans et des PME locaux sont l’assurance d’une excellente adéquation entre les formations garanties et le bassin d’un métier local. Afin d’identifier les organismes qui ont des collaborations solides, vous avez la possibilité de contacter les sociétés qui vous intéressent afin de connaître si elles établissent des accords avec des établissements de formation.

2. L’organisme va-t-il m’accompagner au cours de mon alternance ?

L’établissement tient un rôle majeur dans le suivi de ses alternants, à commencer par la régularité en cours et l’acquisition du diplôme. Il est également pertinent de savoir le taux de réussite aux examens. Il faut s’assurer d’un solide accompagnement dans le milieu professionnel, que ce soit pour la cohérence des nombreuses missions avec la formation ou encore pour la quête d’une entreprise. Est-ce qu’il existe un service destiné aux relations entreprises ? Combien compte-t-il de conseillers ? Organisent-ils des rendez-vous avec les tuteurs ? Est-ce qu’ils réussissent à réitérer leur réseau ? En vue de l’apprentissage, il faut rappeler qu’un outil est indispensable : le carnet de liaison. Ce dernier joue le rôle de navette entre le tuteur et les équipes pédagogiques.

3. La formation conduit-elle à l’emploi ?

Bien qu’il ne soit pas du ressort de l’établissement de vous dénicher un CDI, l’alternance doit optimiser votre employabilité. Ainsi dit, le taux d’insertion professionnelle est une excellente solution afin de mesurer l’efficacité d’une telle ou telle formation (en moyenne, 83 % en master). Tous les organismes ne révèlent pas ces chiffres, et vous devez souvent vous méfier des enquêtes maison. Néanmoins, pour l’apprentissage, les régions exigent aux CFA de les leur céder. Si les chiffres étaient mauvais, elles remettent immédiatement leurs financements en cause. Autre indicateur : les collaborations nouées avec les branches professionnelles. Cela prouve que la formation répond aux requêtes des sociétés et qu’elles la considèrent telle une excellente réserve de recrutements.

4. Le programme de formation est-il cohérent avec mon projet professionnel ?

En tout cas, il s’agit d’un critère assez subjectif, mais notamment essentiel. Parfois, des étudiants arrivent en entretien alors qu’ils connaissent à peine la formation. Certains n’ont même pas idée des professions auxquelles elle prépare. Avant de choisir bêtement, vous devez bien réfléchir à la profession que vous désirez exercer et au secteur d’activité dans lequel vous désirez évoluer. N’hésitez pas à vous renseigner sur les métiers, les secteurs et les formations. Vous devez étudier scrupuleusement le programme de formation, tout le contenu des enseignements ou encore le mode pédagogique. Si le site web de l’établissement ne partage pas assez de renseignements, vous avez la possibilité de vous rendre dans un salon d’orientation afin de les rencontrer. Vous pouvez même rencontrer des professionnels et discuter avec des étudiants déjà en formation dans l’organisme ciblé.

5. Que faire si je n’ai pas trouvé de société à l’entrée en formation ?

Il est capital de signer votre contrat avant le commencement de la formation. Les étudiants n’ayant pas encore déniché d’établissement d’accueil peuvent profiter d’un statut de stagiaire de la formation professionnelle. Ils sont aussi autorisés à suivre les séances jusqu’à un trimestre avant d’avoir approuvé leur contrat. Cela dit, avant toute inscription aux écoles, vous devez apprendre le statut dont vous profiterez si vous ne dénichez pas de société dans les délais impartis. L’organisme de formation se doit de vous accompagner dans votre quête d’embaucheur. La longévité du contrat sera déduite du total de mois écoulés dès le commencement de la formation. Au-delà de ce préavis de trois mois, dans le cas où vous n’avez toujours pas d’employeur, vous pouvez être reconduit à la sortie. Sauf si vous payez votre formation par vos propres moyens. Quoi qu’il en soit, une telle situation est assez coûteuse.