Le développement d’une entreprise ne dépend pas que de sa capacité à vendre et à proposer de bons produits et services. D’autres enjeux entrent en cause comme l’intégration et la cohésion du personnel, sa relation avec les clients, ou encore l’image selon laquelle le public la perçoit en général. Mettre en œuvre une démarche socialement responsable peut servir l’intérêt de l’entreprise dans tous ces domaines.

1. Évaluation de la situation avant la mise en œuvre de la démarche RSE

À l’heure où des mots comme développement durable, changements climatiques, écologie sont sur toutes les lèvres, de plus en plus d’entreprises n’hésitent pas à commanditer un audit RSE afin de déterminer l’ampleur de la tâche qui les attend. À rappeler que l’audit RSE peut être réalisé à tout moment, que ce soit au début de la mise en place de la démarche, ou en cours de route pour faire le suivi. L’obtention des résultats d’un audit complet nécessite que le champ d’action ne doive pas se limiter uniquement aux indicateurs de performance de l’entreprise ou à son système de management, mais également à l’indice de perception en rapports avec son image de marque au sein du personnel et du public, même ceux qui ne consomment pas ses biens et services.

2. Impliquer le personnel dans la démarche RSE

En matière de RSE, la prise de décision ne doit pas être unilatérale, surtout si la démarche n’a pas été mise en place au moment de la création de l’entreprise. Le personnel doit se sentir impliqué dans la mise en œuvre de l’opération puisque sa participation engendrerait un certain nombre de changements dans leur manière de travailler. Une étude a récemment dévoilé que 70 % des employés préfèrent travailler pour des enseignes avec des objectifs et des valeurs fortes. La mise en place de cette démarche est donc parfaite pour conforter et donner plus de poids à l’image de l’entreprise au sein du personnel. L’idée que l’entreprise entre dans une nouvelle ère prouve également son évolution et son envie d’aller de l’avant.

Afin de montrer l’importance de la démarche aux yeux des employés, désigner une personne ou un service dans le pilotage de la performance et de la mise en œuvre du projet est nécessaire. La tâche n’est pas simple puisque l’instauration de la RSE ne concerne pas que le management des ressources passives et actives de l’entreprise ou la surveillance des tableaux de bords. Cette nouvelle politique affecte aussi, entre autres, la capacité des fournisseurs et de leurs produits, le système de distribution ainsi que les contenus dans les communications de l’entreprise.

3. Évaluer les besoins de l’entreprise en matière de RSE

Le RSE concerne plusieurs points, à commencer par le bien-être du personnel. L’entreprise doit leur fournir un bon cadre de travail et des avantages salariaux et sociaux. Le respect de ces conditions implique des dirigeants compétents, capables de mener l’entreprise vers la prospérité et la stabilité. Cette mesure concerne également la performance énergétique de toutes les infrastructures à la disposition de l’entreprise, même des véhicules. Une bonne RSE implique que la société s’intéresse à la qualité des produits commandés à ses fournisseurs. Leur excellence compte surtout pour l’image de marque de l’enseigne aux yeux du public. Lors de l’évaluation des besoins de l’entreprise en matière de RSE, les outils de reporting y référant doivent être détaillés scrupuleusement.

4. Respecter le cadre juridique entourant la RSE

La question du développement durable est encadrée juridiquement. Dans ce cas de la RSE, bien que la loi puisse être assez coercitive, l’entreprise y gagne au final. Le respect des lois en vigueur ne peut qu’être en faveur de l’image que donne l’entreprise aux yeux du public et de son partenaire. D’un point de vue économique, de réels enjeux existent. Cette disposition permet de diminuer un certain nombre de dépenses de fonctionnement, par exemple en matière énergétique, ce qui affecte bien évidemment la performance globale de l’entreprise. Étant donné que la loi la concernant se met encore en place, elle offre des avantages non négligeables en matière de diminution d’impôt. Cette démarche est encadrée légalement par la loi PACTE de 2019 ainsi que par les articles 1833 et 1835 du code civil français.

5. Communiquer ouvertement la politique RSE de l’entreprise

Afficher une image responsable est toujours bénéfique pour améliorer sa prestance auprès du public, raison pour laquelle le fait de ne pas communiquer sur le sujet est une mauvaise idée. En plus de l’utilisation des médias traditionnels pour en parler, l’entreprise peut également le montrer à travers la qualité de ses produits labellisés. Le respect des normes internationales est une très bonne manière d’afficher son engagement social, surtout les réglementations en faveur du développement durable.