4 choses à savoir avant d’ouvrir un centre équestre

centre équestre

Publié le : 12 mai 20226 mins de lecture

Vous aimez faire du cheval et avez même l’intention d’ouvrir un établissement équestre ? Ces structures attirent un grand nombre d’amateurs et de professionnels de l’équitation. Mais que vous soyez un grand passionné de chevaux ou que vous y voyiez juste un business rentable, il est important de considérer certains aspects avant de se lancer. Voici 5 choses à savoir avant d’entamer ce projet.

1. L’étude du marché permet de partir sur des bases solides

Toute entreprise rentable doit partir d’une analyse du marché. Cette étape permet d’évaluer la demande et de s’assurer que le projet est financièrement viable. Vous éviterez alors de proposer des activités équestres qui ne correspondent pas aux besoins du milieu. Vous devrez vous renseigner sur le nombre de personnes pratiquant l’equitation, leurs habitudes et le budget moyen dépensé. L’étude de marché consiste également à en apprendre plus sur la concurrence. À partir des informations réunies, vous pouvez proposer des options non prises en compte par les autres centres.

Par exemple, si la plupart d’entre eux ont l’habitude d’héberger les chevaux dans de simples box, offrez à vos clients une pension pour chevaux au sein d’une écurie active. On compte plus de 8 000 centres équestres en France. Et même si l’équitation est l’un des sports les plus pratiqués par les Français, vous devrez fournir un effort conséquent pour réussir à vous démarquer.

2. Le concept et la nature des activités équestres font la différence

L’enseignement et la pratique de l’equitation sont les principales activités proposées dans un centre équestre. Mais il est tout à fait possible de varier les services offerts selon l’approche adoptée et le public visé. En optant par exemple pour le principe de l’écurie active, vous pouvez proposer en plus des activités équestres les plus courantes, du tourisme équestre ou la pension pour chevaux.

Ce concept repose sur l’hébergement en groupe des équidés dans un espace compartimenté en différentes zones. Il convient parfaitement à leur nature grégaire et réduit les contraintes liées à la domestication. Le paddock paradise est également un concept qui offre de bonnes conditions pour l’élevage de chevaux. L’écurie active se différencie de cette approche essentiellement par l’automatisation de l’alimentation et la stabilisation des sols.

Il est aussi important de bien cibler son public : amateurs, professionnels ou familles. En effet, cet aspect déterminera le nombre et le type de chevaux dont vous aurez besoin. Pour les professionnels, privilégiez les capacités sportives pour le choix de vos chevaux. Et si votre public est constitué de débutants, choisissez des chevaux capables de tolérer la maladresse des cavaliers.

3. Le choix de l’emplacement du centre ne doit pas se faire à la légère

Vos installations doivent être très bien situées afin d’être aisément accessibles par votre clientèle. Privilégiez donc les terrains à proximité des zones urbaines. La zone de chalandise la plus proche doit être idéalement située à moins de 20 minutes de routes. Les voies qui desservent votre centre doivent rester praticables, quelle que soit la saison. Cependant, il faut prévoir entre trois et quatre hectares de superficie d’exploitation. Il peut donc être difficile de trouver un terrain respectant ces critères.

Par ailleurs, il est connu qu’un sol stabilisé améliore la santé des chevaux et facilite les travaux d’entretien. Le sol des carrières équestres doit rester meuble et régulier. Les marais sont donc à éviter. Optez plutôt pour des vallons ou des bocages. Vous devez aussi tenir compte de la qualité du pâturage. Être en mesure de produire sur la place toute la nourriture nécessaire aux chevaux est un avantage important du point de vue financier.

4. Tenir compte de la réglementation

Un établissement équestre est un lieu ouvert au public. Il est donc soumis à des règles bien précises en matière de sécurité. Vous devez donc disposer de mesures anti-incendies et d’une trousse de premiers soins. Vos installations doivent être aussi accessibles aux personnes à mobilité réduite. Vous devez ensuite suivre quelques procédures administratives. Il s’agit notamment des assurances couvrant votre responsabilité civile, vos employés et vos clients. Vous devez également respecter les obligations d’affichages. Ceci consiste à fournir des copies des diplômes, des certificats de qualification ou des titres de tous les encadreurs. Il en est de même pour les garanties d’hygiène et de sécurité.

Enfin, en tant que détenteur d’équidés, vous devez déclarer un vétérinaire, faire identifier les chevaux grâce à un transpondeur électronique et faire figurer les caractéristiques d’exploitation dans un registre d’élevage. Avant d’accueillir vos premiers clients, assurez-vous que le concept et les activités que vous proposez respectent les conclusions que vous aurez tiré de votre étude de marché. Veiller également à respecter les règles qui régissent cette activité.

Plan du site