L’hyperthyroïdie est une pathologie causée par une activité thyroïdienne excessive. La glande thyroïde, c’est-à-dire la glande qui libère de grandes quantités d’hormones thyroïdiennes, fonctionne plus qu’elle ne le devrait. Mais quelles sont les causes de l’hyperthyroïdie ? Comment se manifeste-t-elle et quels sont les meilleurs traitements ?

Le métabolisme, le système nerveux et le cœur sont les trois premiers éléments qui souffrent d’une affection hyperthyroïdienne. Les hormones thyroïdiennes T3 et T4, en fait, régulent la vitesse à laquelle les processus chimiques du corps se déroulent, le métabolisme en fait, influençant de nombreuses fonctions vitales, tout comme le rythme cardiaque et respiratoire, la fertilité, la digestion et la croissance. Les femmes entre 20 et 40 ans sont les plus touchées, mais si elle peut survenir à tout âge.

Les symptômes de l’hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie est également liée à des troubles tels que la transpiration excessive, les tremblements, l’intolérance à la chaleur et la minceur excessive. En outre, précisément parce que les hormones thyroïdiennes sont thermogéniques, la peau d’une personne souffrant d’hyperthyroïdie est chaude en raison d’un flux sanguin excessif et d’une vasodilatation périphérique. L’hyperthyroïdie, comme l’hypothyroïdie, est souvent associée à un goitre, c’est-à-dire à une augmentation du volume et du poids de la thyroïde, tandis que l’on peut également souffrir d’une fragilité excessive des cheveux, voire d’une alopécie. Un excès d’hormones thyroïdiennes augmente donc le “catabolisme protéique”, ce qui peut provoquer une faiblesse musculaire, et peut affecter l’activité du système nerveux central, provoquant des troubles psychologiques tels que la nervosité, l’agitation et l’insomnie ou une véritable psychose.

Ne pas sous-estimer non plus les répercussions de l’hyperthyroïdie sur le cœur : le rythme cardiaque, en effet, augmente et on peut souffrir d’hypertension, souvent associée à une hypertrophie du ventricule gauche. C’est pourquoi l’hyperthyroïdie ne doit en aucun cas être négligée chez les personnes âgées.

Les causes de l’hyperthyroïdie

Dans la plupart des cas, l’hyperthyroïdie est due à la maladie dite de Graves-Basedow, une maladie auto-immune qui altère le mécanisme de contrôle de la production d’hormones thyroïdiennes. Mais d’autres causes sont une inflammation de la glande thyroïde (thyroïdite), un abus de préparations thyroïdiennes à des fins d’amaigrissement, la présence de nodules (goitre toxique), un adénome pituitaire, une consommation excessive d’iode, mais surtout chez des sujets prédisposés (dans tous les cas, les experts conseillent de faire attention à ne pas abuser du sel iodé et des suppléments).

Même pendant la grossesse ou immédiatement après l’accouchement, une forme transitoire d’hyperthyroïdie peut apparaître, qui se résorbera spontanément en quelques semaines.

La thérapie à suivre est décidée en fonction de la cause d’origine. En général, la pharmacothérapie repose sur deux grandes catégories de médicaments : les médicaments thyréostatiques, qui inhibent la production d’hormones thyroïdiennes, et les bêta-bloquants, qui permettent de maîtriser toutes les manifestations périphériques de l’hyperthyroïdie. Enfin, outre la thérapie radiométabolique à l’iode radioactif, il existe également la thyroïdectomie, procédure chirurgicale par laquelle la glande thyroïde est complètement éliminée, et la thyroïdectomie subtotale, qui n’en retire qu’une partie.

Hypothyroïdie : causes, symptômes et modalités d’intervention

L’ypothyroïdie est une pathologie causée par une réduction de la fonction thyroïdienne. La glande thyroïde, c’est-à-dire la thyroïde, n’est plus capable de synthétiser la quantité d’hormones T3 et T4 dont l’organisme aurait besoin pour répondre à ses besoins. Mais quelles sont les causes de l’hypothyroïdie ? Comment se manifeste-t-elle et quels sont les meilleurs traitements ?

Il existe différentes formes d’hypothyroïdie, qui peuvent être une résistance primaire, centrale et généralisée aux hormones thyroïdiennes, selon les causes qui la déclenchent.

Les causes de l’hypothyroïdie
À part l’hypothyroïdie congénitale, qui survient lorsque vous êtes déjà né sans la glande thyroïde ou avec une glande thyroïde seulement partiellement formée, et l’hypothyroïdie néonatale, qui survient lorsque les cellules thyroïdiennes ou leurs enzymes ne fonctionnent pas bien, Parmi les causes de la maladie figurent principalement les maladies auto-immunes, dont la forme la plus courante est la thyroïdite de Hashimoto, et la thyroïdite en général, c’est-à-dire l’inflammation de la glande thyroïde qui, dans certains cas, peut provoquer une réponse hypoactive.

La même réponse peut également se produire en raison de lésions de l’hypophyse, lors de la prise de médicaments tels que l’amiodarone, le lithium, l’interféron alpha ou l’interleukine-2 (qui empêchent la glande thyroïde de produire des hormones normalement) ou lors de l’ablation totale ou partielle de la glande thyroïde par chirurgie (pour les nodules thyroïdiens, le cancer de la thyroïde ou d’autres maladies graves).

Une quantité d’iode trop élevée ou trop faible peut provoquer une hypothyroïdie : dans des conditions normales, la glande thyroïde a besoin de suffisamment d’iode pour produire des hormones thyroïdiennes. L’iode pénètre dans l’organisme avec les aliments et atteint la glande thyroïde par le sang. Même une prise excessive d’iode peut provoquer ou aggraver l’hypothyroïdie.

Les symptômes de l’hypothyroïdie

En général, les experts distinguent le type de symptômes et les conséquences de l’hypothyroïdie selon le stade de développement (âge) auquel elle survient. Ainsi, si l’hypothyroïdie survient déjà au cours de la vie fœtale, il peut y avoir de graves altérations du développement du corps et du cerveau ; chez l’enfant, en revanche, des altérations permanentes du développement somatique et intellectuel peuvent se produire (les hormones thyroïdiennes jouent un rôle important dans l’expression complète de l’hormone de croissance) et un retard dans le développement sexuel.

En ce qui concerne les adultes, les symptômes peuvent être :

– la peau devient plus sèche et les cheveux de plus en plus fins
– on se fatigue facilement et on souffre de faiblesse musculaire chronique (l’hypothyroïdie entraîne une réduction de la synthèse des protéines)
– les zones des paupières deviennent gonflées et la langue enfle
– on devient intolérant aux basses températures : une diminution des hormones thyroïdiennes, en fait, ralentit le métabolisme et la consommation d’oxygène et aussi leur activité thermo-génique
– vous vous accusez de somnolence (léthargie) qui peut aller jusqu’au coma
– la dépression et le ralentissement des processus idéatifs

d’autres symptômes peuvent être : augmentation du poids corporel, constipation, pâleur et anémie, enrouement et baisse du ton de la voix, perte d’audition et de mémoire, diminution de la fertilité, flux menstruel abondant, crampes, bradycardie et réduction de la force contractile du cœur, vasoconstriction, augmentation des niveaux de lipoprotéines de basse densité (LDL) et des triglycérides sériques.

Le traitement de l’hypothyroïdie

En partant du principe que l’hypothyroïdie ne guérit pas, il faut dire qu’elle peut de toute façon être totalement maîtrisée, en remplaçant la quantité d’hormones que la glande thyroïde ne peut plus produire afin de ramener la T4 et la TSH à des niveaux normaux. Une bonne efficacité thyroïdienne est maintenue par l’administration orale de thyroxine qui, prise pratiquement à vie, garantit la reprise des fonctions normales. Une alimentation correcte peut également être utile pour réveiller la thyroïde.

Rappellez-vous, enfin, que toutes les maladies de la thyroïde peuvent être héréditaires, il est donc bon que tous les membres de la famille aient une TSH régulière.

Tyroïde : alimentation et conseils pour la réveiller

La thyroïde est une glande endocrine située au niveau du cou. Il a pour tâche de réguler le métabolisme. Il détermine également le flux sanguin dirigé vers les différents organes de notre corps. Les cellules, grâce au sang, reçoivent de l’oxygène et des nutriments.

Selon l’état de fonctionnement de la glande thyroïde, cela peut se produire plus ou moins rapidement. Lorsque la glande thyroïde ne fonctionne pas au mieux de ses capacités, on parle d’hyperthyroïdie ou d’hypothyroïdie.

Hyperthyroïdie

L’hyperthyroïdie survient lorsqu’une quantité excessive d’hormones thyroïdiennes circule dans le sang. Les causes de l’hyperthyroïdie comprennent le goitre, l’adénome toxique et la maladie de Basedow-Graves, mais aussi certaines formes plus courantes, comme la thyroïdite post-partum. Les symptômes de l’hyperthyroïdie comprennent la perte de poids, la fatigue, l’hyperactivité, l’irritabilité, l’apathie, la dépression, le jaunissement de la peau et l’affaiblissement. Dans certains cas, des nausées, des vomissements et des dysenteries peuvent également survenir. L’hyperthyroïdie peut être traitée par des médicaments, la chirurgie ou des thérapies à base d’iode.

L’hypothyroïdie est plus fréquente que l’hyperthyroïdie. Dans ce cas, elle est appelée “thyroïde fatiguée” et ralentit le métabolisme. En raison de la faible présence d’iode, le volume de la glande thyroïde augmente et le goitre se forme. Parmi les symptômes de l’hypothyroïdie, on peut citer : difficulté à maigrir et tendance à prendre du poids, cheveux secs qui ont tendance à tomber, ongles cassants, peau sèche et rugueuse, pâleur, fatigue matinale, dépression, problèmes de mémoire. Si les symptômes présents sont nombreux, il est bon de procéder à un examen spécifique de la glande thyroïde afin d’évaluer la situation.

Besoin en iode

Selon le professeur Luigi Rossi, expert en nutrition clinique, le besoin quotidien en iode des femmes en âge de procréer est de 150 microgrammes. Il s’élève à 200 microgrammes pendant la grossesse et l’allaitement. Pour un enfant, c’est 90 microgrammes, pour un adolescent de 120 ans, pour un homme adulte de 130 microgrammes.

Comment stimuler la glande thyroïde

Si le problème est l’hypothyroïdie, il peut être nécessaire de réveiller la glande thyroïde. Comment la relancer ? Certains aliments et remèdes naturels peuvent contribuer à assurer les besoins quotidiens en iode et à favoriser le bon fonctionnement de la thyroïde, prévenant ainsi les malaises futurs. Une fois de plus, la nutrition joue un rôle important. La glande thyroïde est une glande très délicate. Pour chaque type de traitement, il est nécessaire de consulter un expert.

1) Fucus Vesiculosus
C’est une algue marine utilisée pour stimuler la production d’hormones thyroïdiennes dans le cadre de traitements de phytothérapie. Sa présence est fréquente sur les côtes de l’Atlantique et du Pacifique. Il est administré sous forme de gouttes, sous forme de teinture mère. Les doses peuvent dépendre du cas spécifique.

2) Commiphora Mukul
Ce remède provient de l’Inde et de la médecine ayurvédique. Il est également connu sous le nom de Guggul. Il est utilisé en conjonction avec des traitements phytothérapeutiques à base de Fucus. Il a un effet anti-inflammatoire sur les articulations et les vaisseaux sanguins. Il stimule le métabolisme des graisses.

3) Aliments à éviter

Le régime à suivre en cas de problèmes thyroïdiens, en particulier d’hypothyroïdie, peut varier d’une personne à l’autre. Parmi les aliments à éviter figurent les produits laitiers indiqués, qui peuvent ralentir le métabolisme. En outre, ils peuvent avoir été obtenus à partir du lait d’animaux nourris au soja, dont la consommation peut être déconseillée en cas d’hypothyroïdie.

4) Les aliments à privilégier

Les aliments permettant d’assurer un bon fonctionnement de la glande thyroïde sont notamment le brocoli, les épinards et les navets. Il est recommandé, avant tout, de consommer beaucoup de fruits et de légumes, qui devraient toujours être à la base d’une alimentation saine. Les aliments qui stimulent la fonction thyroïdienne comprennent la noix de coco.

5) Iode et sélénium dans les aliments végétaux

En général, les aliments végétaux riches en sélénium équilibrent la glande thyroïde. Ils comprennent le blé, le son et le germe de blé, l’orge, les noix du Brésil, les graines de tournesol et les graines de moutarde. Si les problèmes de thyroïde sont dus à une carence en iode, il est bon de se souvenir de certains aliments végétaux qui en contiennent (valeurs d’iode en microgrammes pour 100 grammes de produit) : épinards (41 mcg), riz brun (20 mcg), champignons frais (18 mcg), bettes à carde, carottes et pommes (8 mcg). Il est également présent dans les algues, les asperges, l’ail, les bettes à carde et les graines de sésame.

.