Vous êtes déjà fatigué de savoir que les boissons alcoolisées sont nocives pour la santé, car elles ont des effets négatifs sur l’estomac, le foie et les reins, entre autres organes. En outre, ceux qui ont déjà suivi un régime pour perdre du poids savent que l’alcool est plein de calories vides, c’est-à-dire qu’il favorise l’accumulation de poids sans apporter aucun nutriment nécessaire à l’organisme.

Ce que vous n’avez peut-être pas encore réalisé, c’est que, tout comme le reste de votre corps, notre peau souffre également lorsque nous ingérons ces boissons, soit à cause de l’alcool, soit à cause de composants tels que le sucre et le sel.

Découvrez quelles sont les 7 boissons alcoolisées les plus nocives pour la peau, classées du “moins pire” au plus grand méchant :

Tequila : deux maux, ou moins

Grâce à sa faible teneur en sucre, la tequila a été classée septième parmi les boissons qui causent le plus de dommages à la peau. Comme elle contient moins de ce composant, la tequila ne provoque pas autant d’inflammation et ne stimule donc pas l’apparition d’acné que d’autres types de boissons.

Cependant, il va de soi que votre peau sera déshydratée si vous passez toute la nuit à boire coup sur coup, surtout si vous les complétez avec du sel.

La bière : c’est mauvais, mais pas si mauvais

La bière contient beaucoup de glucides et aussi un peu de sel, deux ingrédients qui nuisent à la peau. D’autre part, les bières de bonne qualité contiennent également des antioxydants, qui aident à lutter contre le vieillissement.

De plus, la bière a une teneur en alcool plus faible que les boissons distillées et se boit généralement plus lentement, ce qui atténue quelque peu l’effet de déshydratation du corps et de la peau.

Gim-tonic : ça pourrait être pire

Le gin de bonne origine ne contient pas de sous-produits de la formation d’éthanol, tels que le méthanol et d’autres alcools, qui sont encore plus nocifs pour l’organisme et provoquent la gueule de bois. De plus, le gin tonic est relativement pauvre en sels et en sucres, de sorte que la peau ne subit que peu de dommages (si la consommation est modérée, bien sûr).

Vin blanc : la chose a commencé à devenir plus sérieuse

Le vin blanc est très riche en sucre, ce qui favorise les processus inflammatoires et les lésions cellulaires. Par conséquent, après une nuit passée à en boire, votre peau est plus sensible à l’acné. À long terme, la consommation de vin blanc accélère également l’apparition de signes de vieillissement, tels que les rides et la flaccidité.

Mojito : des rides, beaucoup de rides

Le mojito est une boisson qui contient beaucoup de sucre et de sirops ajoutés (ainsi que des boissons non alcoolisées, de l’énergie et même des jus industrialisés). C’est donc l’une des boissons qui favorise le plus l’inflammation dans tout le corps. Dans la peau, la conséquence est la destruction des fibres de collagène, favorisant l’apparition des rides.

Margarita : gueule de bois avec cernes

La margarita contient du bon sucre et du sel dans sa recette. Avec l’alcool, ces ingrédients sont responsables de l’effet de rétention de liquide sur tout le corps après une nuit dehors, qui apparaît même sur la peau.

Ainsi, exagérer la margarita peut vous faire réveiller avec des poches sous les yeux, en plus de laisser un certain gonflement sur tout le visage. Sans parler du mal de tête, bien sûr.

Boire des cocktails peut provoquer des poussées d’acné, une coloration terne ou jaunâtre de la peau ainsi que son gonflement. Le pire des cocktails pour la peau est la margarita.

Vin rouge : ne vous laissez pas berner

Le vin rouge est connu pour être une “bonne” boisson alcoolisée en raison de sa teneur en antioxydants. Et, en effet, nous ne pouvons pas nier que ces composants apportent des avantages à notre santé cardiovasculaire. Mais quand on pense à la peau, l’effet bénéfique des antioxydants ne suffit pas à combattre les dommages qu’elle cause.

Pour commencer, l’alcool est un agent vasodilatateur, ce qui signifie qu’il stimule l’ouverture des vaisseaux sanguins – c’est pourquoi de nombreuses personnes ont les joues rouges après quelques gorgées.

Dans le cas du vin rouge, cette rougeur est encore plus prononcée car elle stimule également la libération d’histamine, ce qui augmente la rougeur. Cet effet est particulièrement néfaste pour les personnes souffrant de rosacée, car il augmente la sensation de brûlure sur le visage et l’apparition d’éruptions et de taches.

Le vin rouge est la boisson alcoolisée la plus nocive pour la peau, notamment en présence d’une affection cutanée comme la rosacée (dilatation permanente des vaisseaux sanguins qui donne à la peau une apparence rougeaude et, dans certains cas, provoque une irritation, l’apparition de boutons ainsi que des plaques sèches et rugueuses, NDLR). En boire peut faire apparaître des rougeurs et des taches sur la peau.

Bien que le vin rouge soit le plus grand méchant parmi les boissons nuisibles à la peau, la consommation excessive de toute boisson alcoolisée, même celles qui ne sont pas répertoriées, aura des effets négatifs sur l’organisme dans son ensemble. Il n’est pas nécessaire de se priver complètement, mais il vaut la peine d’éviter les excès.

Les effets autres des boissons alcoolisées

L’alcool est toxiques pour de nombreux organes, dont le cerveau. Les effets de l’alcool sur la santé sont nombreux. La consommation d’alcool (ou éthanol), principalement sous forme de boisson, est impliquée à des degrés divers dans plus de 200 problèmes de santé différents. L’alcool est toxiques pour de nombreux organes, dont le cerveau. Il entraine en outre une dépendance et accroît les risques de lésions traumatiques, de plusieurs troubles neuropsychiques, de plusieurs maladies cardiovasculaires et de l’appareil digestif, plusieurs cancers et certaines infections. Le cœur et les muscles peuvent être atteints ainsi que l’appareil digestif. Les muqueuses, l’estomac et l’intestin sont irrités avec des sensations de brûlures fréquentes. L’alcool est une source bien connue de cirrhose du foie et de pancréatite (aiguë ou chronique) et d’ulcères, mais aussi de cancers des voies digestives. La consommation d’alcool est une cause prouvée de divers cancers, et notamment du cancer de la bouche, du pharynx, du larynx, de l’œsophage, du côlon, du rectum, du foie et du sein. C’est aussi le cas, possiblement, pour le cancer du pancréas. Le risque est lié à des facteurs génétiques et au niveau de consommation.

Il cause plusieurs millions de morts chaque année dans le monde. Des troubles des réflexes, de la vision et de l’équilibre, des pertes de mémoire… sont fréquents. Pouvant entraîner une dépendance s’il est consommé régulièrement, l’alcool s’apparente à une drogue.

La consommation d’alcool peut être impliquée dans des lésions traumatiques : blessures intentionnelles par accident, suicide ou violence favorisées par la consommation d’alcool, surtout après ingestion d’une dose importante. Le risque d’accident augmente exponentiellement avec le niveau de consommation et est élevé dès le second verre. La relation entre la consommation d’alcool et les maladies cardiovasculaires est complexe. Il existe un effet cardioprotecteur bénéfique du vin rouge à un faible niveau. Cependant, la consommation d’alcool a un effet délétère sur l’hypertension artérielle, la fibrillation atriale et l’hémorragie cérébrale et plusieurs cancers, indépendamment du mode de consommation et de la quantité consommée.

En ce qui concerne l’age, les enfants, les adolescents et les personnes âgées sont les plus vulnérables. En France, selon l’OMS et santé publique France, il cause environ 11% des cancers de l’homme et de 4.5% des cancers de la femme mais ce pourcentage augmente très vite comme pour le tabagisme. Chez les hommes et les femmes, ce sont les jeunes qui sont les plus touchés. Les pays pauvres sont également les plus impactés selon les études.

L’usage nocif de l’alcool a des conséquences sociales et sanitaires néfastes pour le buveur, son entourage et la société en général. La consommation excessive d’alcool augmente le risque d’issues sanitaires défavorables. L’usage nocif de l’alcool entraîne dans le monde 3,3 millions de décès chaque année, soit 5,9% des décès. La consommation d’alcool entraîne des décès et des incapacités relativement tôt dans la vie. Dans la tranche d’age 20-39 ans, près de 25% du nombre total de décès sont attribuables à l’alcool. Selon les études, les principaux taux de mortalité dans presque tous les pays du monde est la consommation excessive de boissons alcoolisées.

De nombreux organisations comme l’OMS font leur maximum pour modifier les choses et faire diminuer le taux de mortalité mais la dépendance est une maladie. Il faudrait encore des années pour inciter les gens à boire plus de verres d’eau que de boissons alcoolisées. L’eau est une source de vie mais elle est souvent négligée et remplacée par une boisson alcoolique. Les jeunes préfèrent boire un verre de vin, de bière ou d’autres boissons alcoolisées. Chaque personne, hommes ou femmes de tout age, surtout les jeunes, devrait modifier son mode de vie et prendre soin de sa santé.