Les siestes dans la journée : saines ou néfastes ?

Dans une étude empirique, une équipe de recherche a découvert que le cas d’événements cardiovasculaires pouvait être réduit de moitié grâce à une ou deux siestes par semaine.

La fréquence de la sieste joue un rôle important

On distingue la sieste courte de la sieste longue. La sieste courte se fait 20 minutes, plus précisément entre 15 et 30 minutes. Au-delà de 30 minutes, il s’agit d’une sieste longue ce qui est déconseillé aux insomniaques pour favoriser leur sommeil la nuit. Elle se pratique souvent lors de la pause déjeuner avant de le travail (6 heures après le réveil matinal). Chez l’enfant elle est obligatoire puisque la nuit ne suffit pas à reposer complètement un enfant.

La relation entre les phases de sommeil courtes pendant la journée et la santé cardiovasculaire est une question scientifique controversée depuis un certain temps. Si certaines études ont mis en évidence une réduction de la menace de maladie cardiaque grâce aux siestes quotidiennes, d’autres ont identifié un risque accru de mortalité cardiovasculaire.

Pour tenter de clarifier ce débat, on a  examiné le lien entre les siestes et les événements cardiovasculaires chez 3 462 adultes, hommes et femmes. Les scientifiques se sont appuyés sur les données médicales de l’étude CoLaus.

Les participants à l’étude étaient âgés de 35 à 75 ans au début de l’étude, entre 2003 et 2006, et n’avaient pas d’antécédents de problèmes cardiovasculaires. Les chercheurs se sont concentrés sur la relation entre la fréquence et la durée des siestes et l’occurrence d’événements tels que les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et les insuffisances cardiaques.

Les médecinse ont eu accès à des auto-rapports sur le comportement des personnes testées en matière de sommeil et à une surveillance continue de la santé via un moniteur sur une période moyenne de 5 ans.

Pour bénéficier de l’endormissement diurne, vous trouverez sur le web des articles contenant des conseils.

La sieste de midi la plus fréquente pour les fumeurs âgés et en surpoids

Une sieste peut présenter plusieurs bienfaits. Elle est surtout connue pour sa fonction réparatrice. Il s’agit avant tout d’un temps de repos pour le corps et le cerveau. Elle réduit le stress et favorise la mémoire et la bonne humeur. La somnolence diurne augmente également la qualité de vie en général par son effet relaxant. Chez les enfants la sieste est un besoin presque obligatoire ce qui n’est pas forcément le cas pour les adultes. Cependant il faut garder sa vigilance sur les effets que ça a sur le sommeil nocturne. Si vous souffrez de trouble d’insomnie, la sieste est déconseillée.

Interrogés sur leurs habitudes en matière de sieste, plus de la moitié des participants ont déclaré ne pas avoir fait de sieste la semaine précédente. Près de 20 personnes interrogées ont déclaré avoir fait une ou deux siestes, tandis que 12 % ont déclaré en avoir fait trois à cinq. Douze autres pour cent ont déclaré avoir fait 6 ou 7 siestes.

La majorité de ceux qui faisaient des siestes plus fréquemment étaient des fumeurs masculins plus âgés et en surpoids. Ces participants ont également eu tendance à dormir plus longtemps la nuit, à faire de l’apnée du sommeil et à se sentir plus fatigués pendant la journée.

Réduction de 48 % du risque cardiovasculaire pendant les siestes

Au cours de la période de surveillance de cinq ans, 155 événements cardiovasculaires se sont produits. Afin d’établir une corrélation, les chercheurs ont pris en compte dans leur évaluation des aspects tels que l’âge, les facteurs de possibilité de maladie cardiaque ou de surcharge pondérale.

L’équipe de recherche a découvert que la possibilité d’événements cardiovasculaires était jusqu’à 48 % plus faible avec une ou deux siestes par semaine que chez les personnes qui ne font jamais de sieste. Cependant, l’évaluation n’a montré aucune corrélation entre les événements cardiovasculaires et la période d’une sieste.

Pas de corrélation avec des siestes plus fréquentes ou des périodes de sommeil plus longues

Les médecins sont arrivés à la conclusion suivante : “Les personnes qui font une ou deux siestes par semaine ont un aléa plus faible d’événements cardiovasculaires. Cependant, nous n’avons pu trouver aucune corrélation entre ces troubles et des siestes plus fréquentes ou des périodes de sommeil plus longues”.

Les chercheurs ont ajouté : “La fréquence des siestes pourrait expliquer pourquoi différentes recherches sont arrivées à des conclusions différentes concernant les siestes et les événements cardiovasculaires.

En France et dans plusieurs pays, pour que la sieste soit bénéfique pour tous, elle est mise en publicité à la télé, au micro d’un animateur radio mais aussi sur le web. Une publicité qui encourage cette habitude pendant le pause de travail pour augmenter la productivité en évacuant le stress. Vous trouverez par exemple des bars à sieste à Paris pour inciter les français dans cette voie.

La période et la fréquence importent peu, les bienfaits restent les même pour le corps et l’esprit. Les inconvénients sanitaires ne concernent pas le cerveau mais plutôt le cœur d’où l’importance de garder sa vigilance.

Critique et éloge des résultats de l’étude

Alors que le monde se dirige vers la promotion des pauses sommeil, des inconvénients ont été trouvés.

Cependant, les docteurs Yue Leng et Kristine Yaffe de l’université de Californie étaient sceptiques quant aux résultats : “En l’absence d’une définition standard pour la mesure des siestes, il est prématuré de conclure dans quelle mesure la santé du cœur peut être maintenue par des siestes”.

Ils ont néanmoins ajouté : “Bien que le lien physiologique exact entre le risque de maladie cardiaque et les siestes pendant la journée reste incertain, la recherche apporte néanmoins de nouvelles idées au débat en cours. Les résultats suggèrent que non seulement la durée mais aussi la fréquence du sommeil jouent un rôle crucial”.