A l’’heure actuelle, l’information est considérée comme un moyen de paiement. Les données sont achetées et vendues, volées, échangées et bien sûr collectées. Si vous voulez savoir quelque chose sur quelqu’un, vous pouvez légalement obtenir beaucoup d’informations. Il vous suffit de savoir comment ça marche.

“Find me online” ou Trouve moi en ligne

En avril 2016, le photographe Egor Tsvetkov de Saint-Pétersbourg a attiré beaucoup d’attention avec son projet de photo “Your face is big data”. M. Tsvetkov a pris des photos de personnes dans le métro et a téléchargé ces images sur le site web populaire FindFace.ru. Ce service permet de trouver les utilisateurs publics du réseau social VK.com au moyen d’une photo.

Tsvetkov a créé une série de paires de photos : elles sont composées de photos de personnes assises devant lui dans le métro et de leurs photos de profil sur VK.com. Environ 70 % des résultats de recherche ont été positifs, bien que le site Web ait eu des difficultés à reconnaître les images des personnes âgées. Au cours de son travail, il a beaucoup appris sur la vie de personnes qu’il ne connaissait pas sans leur parler directement.

Cette situation a également un aspect romantique : avec l’aide de FindFace, toute personne possédant un compte VK peut trouver cette gentille fille au beau sourire ou ce mignon garçon qu’elle a rencontré lors d’une fête. Cependant, il faut être réaliste : peu de gens veulent être littéralement trouvables par quiconque possède un appareil photo, car cet étranger pourrait lancer une campagne de cyberintimidation ou pire encore. Vous pourriez également participer à une étude comme dans l’exemple ci-dessous.

Où l’on “enseigne” la profession probablement la plus ancienne ?

L’équipe de la plateforme en ligne russe Social Data Hub a lancé un projet scandaleux qui a permis de recueillir des données sur 27 856 femmes et 1 387 hommes qui se livraient à la prostitution. En utilisant leur propre logiciel de reconnaissance faciale, l’équipe a trouvé les comptes de ces personnes sur les médias sociaux et a utilisé ces informations pour créer un “classement des universités de Moscou dont les diplômés vont dans la rue”. Les données de ce projet proviennent exclusivement de sources publiques.

Naturellement, les conclusions ne sont finalement pas exactes. Le classement des hommes et des femmes à partir des données d’entrée montre que les disciplines populaires auprès des femmes gagnent du terrain dans le classement, il n’est donc pas surprenant que la faculté des mines n’occupe pas les premières places. Néanmoins, cette “étude” a fait sensation

Pris dans le réseau

Le pouvoir des médias sociaux ne se limite cependant pas à de tels projets. Lorsque nous publions quelque chose en ligne, nous ne sommes généralement pas conscients de l’image globale qui est présentée à quelqu’un qui assemble les pièces du puzzle. Par exemple, la plateforme de médias sociaux VK.com dispose d’une fonction qui affiche graphiquement les connexions au sein du réseau social.

Vous pouvez voir deux cercles d’amis par exemple une image : le mien et celui de ma sœur. Chaque point du diagramme représente une personne qui est soit liée à moi, soit à elle. Il est intéressant de noter que nous avons des amis qui se connaissent et des amis qui ne connaissent qu’un seul d’entre nous. Si vous prenez un peu de temps pour regarder, vous pourrez déterminer le cercle d’amis de votre personne cible, puisque cette personne et ses amis et connaissances sont liés. Ici, vous pouvez voir mes anciens collègues d’un précédent emploi.

Connaissez-vous le dicton : “Montre-moi tes amis et je te dirai qui tu es” ? Cela fonctionne vraiment. Si la majorité des personnes d’un cercle social ont un passe-temps commun, il est très probable que votre cible poursuivra le même passe-temps. Si tous les membres de ce cercle travaillent pour la même entreprise, cela indique probablement une ligne correspondante dans le CV de votre personne cible.

De cette façon, vous pouvez rapidement localiser les ex-petits amis ou petites amies suspects de la personne cible, trouver leur famille, leurs amis et collègues, et apprendre beaucoup plus de choses intéressantes. Ce service ressemble plus à un jouet, mais il existe aussi des logiciels professionnels qui ont le même but. Il est capable de bien plus et permet aux spécialistes de recueillir beaucoup d’informations.

Nous vivons dans une maison de verre. Que pouvons-nous faire ?

Réfléchissez au nombre de caméras de surveillance utilisées dans les rues et à la fréquence à laquelle vous publiez des photos en ligne. Cela suggère que notre monde est très transparent. Grâce aux technologies mentionnées ci-dessus, vous pouvez utiliser une seule photo pour trouver des personnes en ligne, analyser leurs comptes et en savoir beaucoup sur elles. Vous pourriez probablement même utiliser ces données pour créer leurs biographies.

Plus une entreprise en sait sur une personne, plus il est facile de lui vendre des produits et de créer des offres individuelles qui augmentent la probabilité de vente. Croyez-nous : les entreprises profitent pleinement de ces opportunités.

Les réseaux sociaux sont devenus le lard dans la souricière. Les technologies d’analyse modernes ont officiellement transformé les gens en biens commerciaux, même si seuls quelques-uns sont d’accord avec ce point de vue. En outre, les médias sociaux sont une partie utile et divertissante de notre vie, voilà pourquoi personne ne veut adopter ce point de vue. Mais il faut faire quelque chose pour résoudre le problème.

Comment rester en discrétion ?

Il existe de nombreuses façons de lutter contre l’espionnage de masse. Une coupe de cheveux inhabituelle et un maquillage spécial peuvent faire dérailler les systèmes de reconnaissance faciale. Une autre bonne méthode consiste à porter des vêtements qui réfléchissent la lumière dans l’objectif de l’appareil photo, ce qui gâche les photos. Vous pouvez également recourir à des lunettes de soleil et des sweatshirts à capuche, comme les célébrités et les acteurs de cinéma.